Libérons nos enfants de leurs étiquettes !

« Mais qu’est ce qu’il est lent ! »

« Ma fille est paresseuse de nature... »

« Il veut toujours gagner ! »

« Elle n’arrête pas de faire sa princesse »

Il vous arrive aussi de coller des étiquettes sur le front de vos enfants ?

Je vous rassure, c’est normal et totalement humain. Il est vrai que notre cerveau à tendance à catégoriser et classer les choses et les comportements afin de se repérer à travers toutes les informations que nous recevons. Cela est même très utile car si notre cerveau n’avait pas cet automatisme, nous serions complétement noyer par le flot d’information quotidienne et nous passerions un temps fou à analyser chacune de ses informations afin de savoir quoi en faire…

Cela dit, cela devient plus délicat quand notre cerveau se met à « classer » nos enfants.



Et malheureusement il suffit de quelques mots, d’un regard ou d’un ton de voix pour exprimer à nos enfants ce que l’on pense d’eux. Ces quelques secondes multipliées par les heures, les jours et les années que nous passons à leur côté peu avoir un réel impact sur leur personnalité et modifier leur comportement.


3 problèmes auxquels nous faisons face en collant des étiquettes sur nos enfants

1. L’enfant croit ce que nous disons et cette étiquette devient une vérité incontestable. Et oui, nos enfants prennent ce que l’on dit comme des vérités universelles (pourquoi papa et maman qui sont là pour me protéger me mentiraient ?). Donc si je dis à mon enfant qu’il est anxieux, colérique ou autre chose, et bien il va me croire et enregistrer cette information comme une vérité.

2. Nous enfermons notre enfant dans un rôle en effaçant tous les autres aspects de sa personnalité. Quand je dis à mon enfant qu’il est turbulent, non seulement il me croit mais en plus ce qualificatif prend le dessus sur tous les autres aspects de son caractère… nos enfants ne se résument pas à une étiquette. Heureusement le prisme de leur personnalité est large et chaque facette mérite d’être mise en lumière.

3. L’étiquette devient prémonitoire. Quand je dis à mon enfant « tu es insupportable », premièrement il le croit, deuxièmement il se dit que cet aspect de sa personnalité mérite d’être soulignée donc elle doit être importante et ainsi, petit à petit, à force de se l’entendre répéter, il devient insupportable… du point de vue du parent également, quand je souligne un défaut chez mon enfant, j’aurai aussi plus tendance à l’observer « ah tu vois, tu es vraiment insupportable ! ».


Collons des étiquettes positives dans ce cas !

Euh non… c’est la même chose pour les étiquette positive. En disant à notre enfant « tu es un enfant sage », il va tout faire pour rester un enfant sage et ne pas nous décevoir. Mais c’est super me direz-vous ! Quel est le problème de cette étiquette positive. En restant sage, votre enfant va modifier ses envies et son comportement et il va se couper de ce qu’il aimerait vraiment faire, dire, découvrir. Préférez-vous un enfant sage est malheureux ou un enfant un peu turbulent mais heureux ?


Que faire alors ?

Eviter de coller des étiquettes sur le front de nos enfants et les libérer de ses rôles qui les empêchent de s’épanouir.


Voici comment faire :

Pour éviter de coller une étiquette trop vite sur le front de nos enfants, vous pouvez garder en tête que derrière chaque comportement il y a un besoin. Par exemple, quand un enfant est jaloux, il a peut-être besoin d’attention. Si c’est un enfant « casse-cou », il a certainement besoin de bouger davantage. Ou encore, si votre enfant est plutôt têtu, c’est peut-être qu’il a besoin de s’affirmer.

Une fois que vous avez identifié le besoin qui se cache derrière le comportement pas très adroit de votre enfant, vous pouvez l’accompagner dans ce besoin et laisser tomber les jugements :

  • Un enfant qui a besoin d’attention à comment lui donner l’attention dont il a besoin et qu’il ressente cette attention ?

  • Un enfant qui a besoin de bouger à comment satisfaire son besoin de mouvement en tout sécurité ?

  • Un enfant qui à besoin de s’affirmer à comment lui apprendre à s’affirmer poliment et avec des mots qui aident à faire passe ses opinions ?


Libérer notre enfant de ses rôles qui l’empêche de s’épanouir (selon Faber & Mazlich)

  • Rechercher les occasions pour présenter à notre enfant une nouvelle image de lui – si votre enfant était plutôt pleurnicheur, vous pourriez lui dire « j’aime cette nouvelle façon de me parler, je trouve ta voix très agréable ».

  • Placer notre enfant dans une situation qui lui permette de se voir d’un œil différent – si votre enfant est souvent maladroit, vous pouvez lui proposer de monter un meuble avec vous.

  • Donnez-vous-même l’exemple du comportement que vous souhaitez lui inculquer.

  • Soyez le coffre à trésor de ses bons coups – rappeler à votre enfant la fois ou il a été courageux si aujourd’hui il a peur… Ou la fois ou il a réussi son contrôle de math si aujourd’hui il a eu une mauvaise note…

  • Quand son comportement reflète l’ancienne image qu’il avait de lui-même, exprimer vos sentiments ou vos attentes. Par exemple si votre enfant avait l’habitude de casser ses jouets, et qu’il recommence, vous pourriez lui dire « Cela me fâche de voir ton jouet cassé. La prochaine fois j’aimerai voir que tu prends soin de tes jouets».


Je me réjouis d’avoir vos commentaires sur ce sujet ! A bientôt 😊

11 vues

Jessica Héritier

Formatrice et Accompagnante en Education Positive

jessica@heritier.me - Lausanne

Conditions générales de ventes

  • Facebook Social Icon