Mais pourquoi il ne m’écoute jamais ?

En rentrant à la maison, c’est toujours la même chose… je lui dis « Enlève ta veste et tes chaussures, ranges les et mets tes pantoufles » et rien ne se passe ou au mieux il enlève sa veste et la pose par terre… c’est à se demander s’il est sourd ! Pourtant ce n’est pas compliqué, non ? Je lui dis ce qu’il faut faire !


La manière dont nous communiquons avec notre enfant a une énorme influence sur notre relation avec lui et sur notre stress/fatigue/énervement… en effet, en communiquant « mal » (j’entends par là de manière difficile voire incompréhensible avec notre enfant), l’enfant aura de la peine à nous comprendre et de notre côté, nous aurons l’impression qu’il ne nous écoute pas et du coup ça nous énerrrrve !



Mais comment éviter cette mauvaise communication et faire en sorte que le message passe ?


Les parents font pas mal d’erreur en communication… ce n’est pas votre faute ! Est-ce que qqun vous a déjà expliqué comment parler à un enfant sur la base du développement de ses capacités cognitives ? Malheureusement cela reste assez rare…


Je vais vos donner 2 clés qui aident au quotidien :


1. Une consigne à la fois Selon une étude menée par John Duncan et son équipe à l’université de Cambridge, cité dans le magazine Cerveau&Psycho du mois d’août 2020, en recevant trop de consignes à la fois, c’est comme si les neurones du cerveau de l’enfant se brouillent et cela ne facilite pas l’application ce ces consignes. Et cela est déjà le cas à partir de deux consignes superposées ! Le cerveau de l’enfant se protège du flot d’information qui lui tombe dessus en ne permettant pas à l’enfant d’applique les consignes, ou au mieux seulement l’une d’entre elles. Donc soyez rassuré, votre enfant n’est pas sourd ou plus bête que les autres. Il est tout à fait normal. Afin de faire passer le message que vous souhaitez, donner une seule consigne à la fois ! Donc si je reprends mon exemple cité en introduction, ça donnera quelque chose comme : « Enlève ta veste s’il te plaît. » - Pause – « Accroche ta veste au crochet rouge » - Pause – « Enlève tes chaussures s’il te plaît » - Pause – « Dépose tes chaussures dans leur casier » - Pause – « Mets tes pantoufles ». Alors cela semble plus long que de tout superposer en une seule phrase mais au moins votre enfant pourra suivre les consignes et vous, vous ne vous serez pas énervés 😉 Le cadeau caché d’une telle pratique, comme le mentionne l’article du magazine Cerveau&Psycho du mois d’août 2020, est aussi d’apprendre à l’enfant à découper des tâches plus complexes. Ainsi, quand votre enfant se trouvera devant un objectif difficile, il aura plus de faciliter à établir les étapes nécessaires pour atteindre l’objectif plutôt que de buter sur la difficulté de l’objectif. Les recettes de cuisine illustrent bien cette gymnastique de découpage des étapes !


2. Soyez clair dans votre consigne Les consignes trop vagues comme « ranges tes chaussures » ou « prépare-toi » ne veulent rien dire pour les enfants… c’est une tâche peu claire. « Se préparer » ne veux rien dire en soi et n’a certainement pas la même signification pour moi que pour vous. Et on ne se prépare pas de la même façon pour sortie que pour aller au lit !

La consigne doit donc être la plus claire possible et dans son contexte. Exemple « Nous allons sortir faire des courses, mets tes chaussures rouges s’il te plaît ».

Additionner ces deux clés de communication – une consigne claire à la fois – et il y a de grandes chances pour votre enfant vous entende et vous écoute !


Je me réjouis d’avoir vos commentaires sur ce sujet ;-)

25 vues

Jessica Héritier

Formatrice et Accompagnante en Education Positive

jessica@heritier.me - Lausanne

Conditions générales de ventes

  • Facebook Social Icon